RHINITE ALLERGIQUE

Rhinite allergique, c’est quoi ?

C’est l’inflammation de la muqueuse nasale (nez) secondaire à l’inhalation d’une substance étrangère au corps dite allergène auquel la personne est déjà sensibilisée (déjà été en contact).

Il existe deux types de rhinite allergique :

  • Rhinite allergique intermittente ou saisonnière :
    Les symptômes sont déclenchés à peu près au même moment chaque année.
    Elles sont généralement aggravées par les séjours à la compagne ainsi que par l’exposition au grand air, par contre, les personnes allergiques souffrent moins lorsqu’il pleut et lorsqu’elles restent à l’intérieur, portes et fenêtres bien fermées.
  • Rhinite allergique persistante ou chronique :
    Cette affection se manifeste chez les personnes allergiques quelle que soit la saison (toute l’année).
    Elle est déclenchée lors de variations de températures ou d’humidité, en présence dans l’environnement de fumée, de poussière, de moisissures et de fortes odeurs de produits chimiques. La crise se déclenche souvent au réveil et peut se répéter plusieurs fois par jour.

Quelles sont les causes possibles de la rhinite allergique ?

La prédisposition à l’allergie est héréditaire. La probabilité de rhinite allergique pour les enfants augmente si l’un ou les deux parents en souffrent.

La rhinite allergique saisonnière est souvent causée par les pollens surtout au printemps, alors que les acariens (qui se trouvent dans les matelas, les oreillers, les tapis…), moisissures, animaux,…sont responsables de la rhinite persistante.

Quelles sont les signes de la rhinite allergique ?

Les signes habituels qui doivent faire penser à une rhinite allergique sont regroupés sous le sigle PAREO :

  • Prurit ou démangeaison qui affecte le nez, la bouche, la gorge, ou les yeux ;
  • Anosmie ou perte de l’odorat (plus rarement) ;
  • Rhinorrhée ou écoulement nasal ;
  • Eternuement ;
  • Obstruction ou nez bouché.

D’autres symptômes peuvent aussi apparaître, comme un picotement et un larmoiement des yeux, une toux sèche, une respiration sifflante et des maux de tête …

Comment diagnostiquer une rhinite allergique ? 

Les détails sur le lieu d’habitation, de travail et le moment où les symptômes sont les plus intenses peuvent aider le médecin ou l’allergologue à cerner les causes probables. Par ailleurs, votre médecin, ou votre allergologue, pourrait vous suggérer un test de dépistage des allergies.

Quelles sont les conséquences d’une rhinite allergique ? 

La rhinite allergique est une affection bénigne, ne mettant pas votre vie en danger mais capable d’altérer fortement votre qualité de vie avec des conséquences sur l’activité professionnelle et pour les plus jeunes sur le rendement scolaire.

La rhinite allergique peut se compliquer d’asthme. En effet, une grande majorité des asthmatiques présentent une rhinite allergique. De ce fait, l’enjeu est important et une consultation médicale précoce est indispensable.

Quel est le traitement de la rhinite allergique ?  

Le traitement de la rhinite allergique repose sur :

  • L’éviction des allergènes :
    La meilleure façon de prévenir une rhinite allergique, c’est d’éviter l’exposition à l’allergène qui la déclenche. Il est difficile d’éviter les pollens, néanmoins, quelques précautions simples permettent de réduire leurs quantités inhalées :

    • Renseignez-vous sur les conditions météorologiques avant une promenade à la campagne du fait que la quantité de pollens dans l’air augmente les jours de vent et en particulier avant les orages ;
    • Rincez les cheveux, le soir avant de se coucher, après une promenade ;
    • Évitez de dormir près d’une fenêtre ouverte ;
    • Si vous êtes allergique aux acariens, une maîtrise globale de l’environnement peut vous être proposée, en particulier au niveau de la chambre :
      • Débarrassez-vous des meubles qui recueillent la poussière, comme les tapis et les draperies ;
      • Recouvrez votre matelas, oreillers et couette d’une housse spéciale contre les acariens ;
      • Ne pas poser votre matelas directement sur le sol ;
      • Evitez les tissus muraux, les doubles rideaux, les descentes de lit en peau d’animal ;
      • Réduisez dans une chambre d’enfant le nombre de peluches ;
      • Préférez les bibliothèques fermées où s’entassent des livres ;
      • Séparez-vous des animaux auxquels vous êtes allergique ;
      • Traitez régulièrement votre moquette par un acaricide ;
      • Lavez fréquemment les planchers ;
      • Eliminez les plantes d’intérieur de votre décor (ce sont des sources communes de moisissure) ;
      • Evitez la fumée de tabac qu’est un polluant très nocif pour le nez.
  • Médicaments et désensibilisation :

Le traitement de choix doit être prescrit par votre médecin traitant. Ce traitement dépendra des symptômes, de leur intensité et de votre réponse aux médicaments.

Lorsque la cause de l’allergie est bien définie et que les traitements médicamenteux ne sont pas efficaces, il est possible d’envisager un traitement de désensibilisation après un bilan allergologique complet.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer