La santé mentale des enfants pendant la pandémie du Coronavirus et le confinement

La maladie à coronavirus (COVID-19) représente une source d’anxiété et d’angoisse due à la peur engendrée par ce qu’on entend à propos du virus. De plus, le confinement est une période difficile aussi bien pour les adultes que pour les enfants, et ce, pour les raisons suivantes :

  • C’est une période qui a duré dans le temps ;
  • Elle entraîne une pression psychique pour les enfants qui sont habitués à sortir, à partir à l’école, à rencontrer leurs amis, à jouer et à rencontrer leur familles ;
  • Elle engendre une pression psychique liée au nouveau mode de scolarité et aux incertitudes face au timing des examens d’où la démotivation.

Pour la majorité des enfants, cette situation ne pose pas de grands problèmes du fait de la capacité d’adaptation des enfants. Cependant, certains enfants rencontrent plus de difficultés qui dépendent de leur âge :

  • Pour les plus jeunes, on observe parfois une régression de la parole, bégaiement ou énurésie ;
  • Pour les plus âgés : on observe des troubles du comportement, des troubles alimentaires ou des troubles du sommeil.

Cette situation est aussi particulièrement difficile pour les enfants en situation de handicap et notamment pour les enfants ayant des troubles du spectre de l’autisme. Ces derniers sont habitués à partir à des endroits et à sortir à un moment donné pour faire des activités particulières et à ce titre perdent leurs repères, ce qui entraine une forte incompréhension et angoisse ressenties.

Comment gérer la situation ?

Il est recommandé de :

  • Accepter l’angoisse et l’anxiété ressenties par les enfants, les écouter et leur faire comprendre que c’est normal et surtout que c’est passager ;
  • Expliquer aux enfants ce que c’est ce virus, en veillant à utiliser des termes compréhensibles simples, pourquoi ils ne peuvent plus partir à l’école, pourquoi ils doivent se laver plusieurs fois leurs mains, en utilisant aussi des vidéos valides sur internet pour que les enfants aient des idées clés sur ce virus sans tomber dans la peur ;
  • Instaurer des rituels du fait que les enfants ne partent plus à l’école et peuvent ressentir de la monotonie. A cet effet, un programme doit être mis en œuvre et aura pour objectif d’anticiper les comportements négatifs en organisant le temps des enfants. Ce programme est d’autant plus important si l’enfant le suit. Ce dernier ressentira après qu’il a fait des choses utiles augmentant ainsi son estime de soi. Ce programme devrait répondre aux critères suivants :
    • Doit être planifié suivant l’avis de l’enfant ;
    • Doit être faisable et réaliste, pour ne pas frustrer l’enfant et les parents en cas de sa non réalisation ;
    • Doit être accroché et lisible par l’enfant ;
    • Doit comporter des activités récréatives auxquelles toute la famille participe et d’autres éducatives relatives à la scolarité ;
    • Doit comprendre des activités quotidiennes relatives comme aide aux tâches ménagères, (dresser la table, aide à la cuisine…).
  • Donner l’opportunité aux enfants de discuter avec leurs familles (grands parents…) amis de classe, des cousins et voisins à travers le téléphone et les réseaux sociaux ;
  • Instaurer une routine de sommeil à des heures fixes et veiller au respect des heures suffisantes selon l’âge des enfants tout en évitant l’exposition aux écrans avant le sommeil ;
  • Adopter une activité physique, et ce, même à domicile en ayant recours si besoin aux sites et aux applications conçues à cet effet.
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer