Maladies > Maladie a Virus Ebola

Maladie a Virus Ebola

Qu’est-ce que la maladie à virus Ebola ? 

Maladie a Virus Ebola

  • La maladie à virus Ebola est l'une des nombreuses fièvres hémorragiques virales ;
  • C’est une maladie grave, qui provoque une atteinte sévère de l’hémostase (trouble de la coagulation) et du système immunitaire conduisant à une grave immunodépression ;
  • Elle est réputée mortelle chez l'homme, avec un taux de létalité atteignant parfois 90 %.
  • On ignore l’origine du virus Ebola mais, sur la base des données disponibles, on considère que les chauves-souris frugivores (Ptéropodidés) en sont les hôtes probables.

Comment se fait la transmission ? 

Le virus Ebola ne se transmet pas par voie aérienne, mais par transmission interhumaine à la suite de contacts directs (peau lésée ou muqueuses) avec des liquides corporels infectés :

  • Le sang, les selles et les substances contenues dans les vomissements ;
  • Le lait maternel ;
  • L'urine et le sperme ;
  • La salive, les larmes et la sueur (un risque extrêmement faible) ;
  • L'exposition à des objets qui ont été contaminés par des sécrétions infectées (tels que des aiguilles…).

Pendant les épidémies d'Ebola, les personnes les plus exposées au risque sont :

  • Les professionnels de la santé ;
  • Les membres de la famille ou toute autre personne ayant des contacts proches avec les sujets infectés ;
  • Les parents ou amis en contact direct avec le corps du défunt lors des rites d’inhumation.

Le temps écoulé entre l’infection par le virus et l’apparition des premiers symptômes (période d’incubation) varie de 2 à 21 jours.

Quels sont les principaux symptômes ?

Les symptômes peuvent apparaître à tout moment entre 2 à 21 jours après l'exposition au virus Ebola.
Les patients infectés présentent en général :

  • Fatigue fébrile à début brutal ;
  • Douleurs articulaires et musculaires ;
  • Céphalées et un mal de gorge ;
  • Vomissements ;
  • Diarrhée ;
  • Douleurs abdominales ;
  • Eruption cutanée ;
  • Symptômes d’insuffisance rénale et hépatique.

Et dans certains cas :

  • Douleur à la poitrine ;
  • Difficulté à respirer ;
  • Difficulté à avaler ;
  • Hémorragies internes et externes (saignement des gencives, épistaxis, sang dans les selles…).

Comment confirmer le diagnostic ?

En raison du risque important de contamination, le diagnostic biologique ne peut être effectué que dans des laboratoires sécurisés spécifiques. Grâce à des procédés microscopiques spécifiques, les agents pathogènes peuvent être identifiés dans le sang et les tissus. Des anticorps dirigés contre le virus peuvent être mis en évidence dans le sang.

Quelles sont les options thérapeutiques ?

Il n’existe aucun médicament contre le virus Ebola. Seuls les symptômes peuvent être traités.
En premier lieu, les hémorragies doivent être empêchées. Pour ce faire, des transfusions sanguines et des facteurs de coagulation sont administrés au patient.
La perte importante de liquide est compensée par des solutions de réhydratation. Le traitement vise essentiellement à maintenir les fonctions des organes, en particulier, la fonction rénale.

Comment se fait la prévention ?

Il n’existe aucun vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola. Dans tous les cas, la protection des membres de la famille et des soignants constitue la priorité absolue lors d’une infection.
Mesures préventives générales :

  • Respect des règles d’hygiène corporelle et alimentaire ;
  • Eviter les voyages dans les zones où la fièvre Ebola est endémique (Guinée, Liberia, Sierra Léone et Nigéria…) ;
  • Eviter les contacts directs avec le sang ou les sécrétions d’un patient infecté et aussi avec le corps d’un patient décédé par la maladie.

Les professionnels de la santé sont prêts à employer les précautions pratiques d'isolement ainsi que les techniques appropriées lors de soins tel :

  • Le port de vêtements protecteurs (tels que des masques, des gants, des blouses et des lunettes) ;
  • L'utilisation de mesures de contrôle des infections (telles que la stérilisation de l'équipement complet et l'utilisation systématique de désinfectant) ;
  • L’isolement des patients infectés.

Quelques conseils pour réduire le risque de transmission interhumaine

Le risque de transmission interhumaine provenant de contacts directs ou rapprochés avec des sujets présentant des symptômes d’Ebola, en particulier avec leurs liquides biologiques, peut être réduit par :

  • Le respect d’une bonne hygiène de vie et le maintien d’un environnement propre ;
  • Le lavage systématique des mains après avoir rendu visite à des patients à l’hôpital ou après s’être occupé de malades à domicile ;
  • La séparation des sujets sains/malades en vue de prévenir la propagation ;
  • Le port des gants et d’équipement de protection individuelle adapté lorsque l’on s’occupe des malades à domicile ;
  • Le suivie de l’état de santé des sujets susceptibles d’avoir été en contact avec une personne infectée par le virus Ebola pendant 21 jours.
 

 

POURQUOI EVITER L’UTILISATION DE LA CREME “SHIRLEY”

Tatouage 
Vitamines c’est quoi ?

Boissons énergisantes

 

 
 

Newsletter