Addictions > L’alcool : facteur de risque du cancer de la bouche !

L’alcool : facteur de risque du cancer de la bouche !

Consommation d’alcool et risque du cancer

La consommation de boissons alcoolisées est associée à une augmentation du risque de plusieurs cancers : bouche, pharynx, larynx, œsophage, côlon-rectum, sein et foie.
La consommation de boissons alcoolisées est considérée actuellement comme la deuxième cause évitable de mortalité par cancers après le tabac.
Les boissons alcoolisées ont récemment été classées par le Centre International de Recherche sur le Cancer dans le groupe des agents cancérogènes pour l’homme.

Alcool et tabac : un mariage mortel pour le cancer de la bouche !

L’association du tabac et de l’alcool augmente le risque du cancer de la bouche et des voies supérieures (larynx, pharynx et œsophage).
Ces deux facteurs de risque sont déterminants dans la survenue du cancer de la bouche qui provoque plus de 3100 décès par an (selon l’Organisation mondiale de la Santé - profils des pays pour le cancer, 2014).
Pas uniquement au niveau de la cavité buccale : les effets de l’alcool affectent toute la sphère oro-faciale! 
Les cancers des voies aérodigestives supérieures regroupent les cancers de la lèvre, de la cavité orale, de l’œsophage, du pharynx et du larynx.

L’alcool à lui seul représente le deuxième facteur de risque de ce type de cancers 

Exemple de lésion du cancéreuse

Quels sont les signes d’alerte?

Les signes d’alerte sont nombreux et dépendent de la localisation du cancer :

  •      Une gêne persistante à la déglutition (dysphagie) ;
  •      Une plaie dans la bouche, qui ne guérit pas ;
  •      Des picotements ou des douleurs persistantes dans la bouche ou dans la gorge ;
  •      Un ganglion qui grossit dans le cou (adénopathie cervicale) ;
  •      Des lésions blanchâtres et/ou rougeâtres dans la bouche, persistantes, sans cause précisément définie
  •      Des saignements dans la bouche ;
  •      Une difficulté et/ou une douleur lors de la traction de la langue ;
  •      Un trouble de la voix qui altère la parole, qui rend difficile le fait de parler ou émettre des sons. La voix apparaît alors trop grave ou trop aigüe, rauque, enrouée voire éteinte ;
  •      Une difficulté à respirer, une perception anormale et désagréable de la respiration (dyspnée) ;

De façon générale, tout symptôme persistant plus de 15 jours doit amener le patient à consulter.

Comment faire le diagnostic précoce?

     Le médecin dentiste, acteur de la lutte contre le cancer

Pour  maîtriser  l’évolution  des  tumeurs,  augmenter  le  taux  de  survie,  réduire de façon  appréciable  les  séquelles  anatomiques et fonctionnelles et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes,  toute  lésion suspecte doit  amener  à une consultation afin d’établir un diagnostic précoce. Le médecin dentiste joue un rôle décisif dans le diagnostic de ce type de cancer.

 Toute personne ayant un facteur de risque (tabagique, éthylique : addicte à l’alcool)  doit se soumettre à un examen de la sphère ORL tous les ans.



 

 

POURQUOI EVITER L’UTILISATION DE LA CREME “SHIRLEY”

Tatouage 
Vitamines c’est quoi ?

Boissons énergisantes

 

 
 

Newsletter