Comment eviter les intoxications par les plantes

Depuis plusieurs années, il y a un intérêt certain, voire un engouement, pour la phytothérapie. En effet, l’atropine, la digoxine, les curares, etc. ont bien une place thérapeutique qui leur est reconnue.
Chez les marocains comme pour tous les peuples de civilisation traditionnelle, cet intérêt est amplifié par la connotation "naturelle" des plantes. Malheureusement naturel n’est jamais synonyme d’anodin puisque les plantes renferment dans leur composition chimique, des substances aussi puissantes que celles des médicaments conventionnels, elles peuvent donc induire en cas d’usage irrationnel, des effets secondaires graves parfois mortels.

Comment préserver la sécurité d'emploi des plantes ?

  • Avant tout usage éventuel, il faut se poser les bonnes questions :
    • existe-t-il des données scientifiques permettant d'évaluer le bénéfice des plantes qu’on voudrait utiliser mais surtout le risque encouru ?
    • Dispose-t-on de données solides qui permettent d’encourager le recours aux plantes comme l'un des traitements possibles ?

Ce n'est pas aussi simple de répondre à ces questions si on garde en mémoire que l’effet bénéfique des plantes, n'est dans la plupart des cas, attesté que par la tradition.

  • La prévention des intoxications par les plantes passe par une meilleure information des consommateurs, pour cela :
    • Assurez-vous que vos plantes d’intérieur, de jardin ou des alentours de la maison ne sont pas toxiques ;
    • Apprenez à ne pas porter à sa bouche des plantes ou des baies ;
    • Evitez l’automédication hasardeuse ;
    • Pour plus d’information :

Cliquez sur le lien du Centre Anti Poison Maroc (CAPM) :    www.capm.ma

Appelez aux numéros suivants :

           0537686464 ou 0810000180

Des médecins spécialistes en toxicologie à votre disposition 24 h/24 et 7 j/7

  • Voici quelques conseils pour préserver la sécurité d'emploi des plantes :
    • En cas d’utilisation de plantes et de médicaments prescrits par votre médecin, il faut lui en parler pour éviter toute interaction pouvant conduire à l’échec du traitement prescrit ou à l’intoxication ;
    • Méfiez vous des plantes dites médicinales que vous achetez (il faut s’assurer que la plante désirée est non toxique) ;
    • Méfiez vous des mixtures à base de plusieurs plantes dont la composition chimique n’est pas connue ;
    • Méfiez vous des produits dits naturels et à base de plantes mais dont l’étiquette ne précise pas la composition chimique exacte.

Que faire en cas d’intoxication lié à l’usage des plantes ?

  • Lors d’une intoxication ou devant un (des) effet (s) indésirable (s) induit par une plante, il est prudent et vivement conseillé de :
    • Rincer abondamment à l’eau (pendant au moins 15 minutes) la peau contaminée par la plante toxique ;
    • Ne pas s’exposer au soleil ;
    • Ne pas appliquer ni crème, ni pommade ou autre produit sans avis médical ;
    • Extraire les morceaux de plante qui restent dans la bouche et les conservez ;
    • Ne pas faire vomir, mais si la personne intoxiquée vomit d’elle même, conservez la vomissure ;
    • Ne pas donner de lait à la victime (lait n’est pas un antidote au produit toxique) ;
    • Ne rien faire de votre propre initiative ;
    • Appeler le CAPM aux numéros suivants : 0537686464 ou 0810000180 afin d’évaluer la dangerosité de la situation et d’éviter tout risque d'effet retardé qui pourrait être induit par l'un des principes toxiques de la plante.

Quels sont les renseignements nécessaires à communiquer au médecin du CAPM ?

  • Lorsque vous contactez le CAPM, communiquez un maximum d'informations :
    • Le nom de la plante, si vous ne le connaissez pas décrivez-la avec précision ;
    • La partie de la plante qui pourrait être la cause des effets indésirables ;
    • La quantité ingérée supposée ;
    • La circonstance d’utilisation ;
    • Le délai écoulé depuis ce contact ;
    • Les symptômes déjà visibles ;
    • L'âge et le poids de l’intoxiqué ;
    • Les particularités propres à sa santé : médicaments en cours, maladies...
  • Il est conseillé de :
    • Conserver un échantillon de la plante pour l’envoyer au CAPM si nécessaire,
    • Au cas où l’envoi de la plante est impossible (problème de proximité avec le CAPM), prenez en une photographie, la scanner et l’envoyer par mail à l’adresse électronique :

      Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou la faxer au

      05 37 77 71 79

 

 

POURQUOI EVITER L’UTILISATION DE LA CREME “SHIRLEY”

Tatouage 
Vitamines c’est quoi ?

Boissons énergisantes

 

 
 

Newsletter