Vie et Esprit Sain

PHOBIE SCOLAIRE

La phobie scolaire, c’est quoi ?

Il s’agit d’une situation dans laquelle, pour des raisons souvent de peur et d’anxiété, un enfant ou un adolescent refuse d’aller à l’école.

Cette situation peut concerner aussi bien les bons élèves que les mauvais.

Le phobique garde néanmoins le désir des apprentissages scolaires et accepte de travailler à la maison.

Quelles sont les causes ?

Les causes de cette angoisse massive diffèrent d’une personne à une autre.

On peut citer :

  • Une grande peur de l’échec, peur du professeur… ;
  • Le jugement des autres (parents, professeurs, élèves) ;
  • Un harcèlement à l’école ;
  • …..
Quelles sont les signes ?

Les signes d’angoisse peuvent se manifester par :

  • Des réactions physiques telles que :
  • Maux de ventre ;
  • Maux de têtes ;
  • Nausées ;
  • Vomissements ;
  • Diarrhées ;
  • Sueurs froides ;
  • Battements accélérés du cœur…
  • Des réactions psychologiques telles que :
  • Les attaques de panique ;
  • Les crises d’angoisses ;
  • Les pleurs …

Ces symptômes s’accentuent si l’enfant est forcé d’aller à l’école et s’estompent si ses parents acceptent de le laisser à la maison. Ces manifestations disparaissent pendant les vacances et réapparaissent à l’approche de la rentrée.

Quelles sont les conséquences ?

En cas de manque de prise en charge médicale adaptée et en cas d’absences scolaires répétées, les conséquences peuvent être graves aussi bien sur le plan scolaire que social telles que :

  • L’abandon de la scolarité qui va se répercuter sur l’avenir professionnel ;
  • L’isolement social et affectif ;
  • La dépression ;
  • Le risque de marginalisation…
Alors, que faire ?
  • Il est impératif de ne pas laisser cette phobie s’installer et devenir chronique et encourager l’élève à retourner à l’école le plus rapidement.
  • La prise en charge repose sur une collaboration entre l’enfant ou l’adolescent, sa famille, l’école et le personnel soignant.Cette collaboration a pour but d’aider l’élève à gérer sa peur plutôt que de l’éviter, ce qui lui permettra une réinsertion scolaire progressive.
  • Plus le diagnostic et la prise en charge sont précoces et meilleur sera le pronostic.